©2020 by Les Gourmets de Lettres. Proudly created with Wix.com

Mathieu Arnal

Ces Toulousains qui ont fait l'histoire

Avant-propos

 

Toulouse est un roman en rouge et noir à ciel ouvert. Depuis plus de deux millénaires, elle n’a cessé d’osciller, à intervalles réguliers, entre faits de gloire et épisodes tumultueux. Elle a ainsi coutume de (se) raconter entre légendes et héroïsmes, dans le tréfonds de ses périodes fastes et de ses déclins. On ne saura jamais véritablement ses origines précises. Les chroniqueurs, affidés au pouvoir de leur temps, ont évidemment enjolivé la réalité. A la Renaissance, certains d’entre eux, particulièrement imaginatifs, vont même laisser croire que Tholus, le petit-fils de Japhet, personnage de la Genèse dans la Bible, aurait donné son nom à la future cité. Au fil du temps, Tolosa se serait ainsi transformée en Tholose puis Toulouse. Dans le même esprit, les capitouls, le plus souvent de riches marchands qui administrent la ville entre 1147 et 1789, « inventent » le personnage de Clémence Isaure, qu’ils rattachent à un comte toulousain légendaire. Ils prétendent, face aux parlementaires, que les biens-fonds de la ville proviennent de cette mécène, amoureuse des arts et lettres et restauratrice du prestigieux Consistoire du Gai Savoir (future Académie des Jeux Floraux), dont les joutes annuelles avaient du être suspendues durant les années 1480-1490, suite au ravage de la peste. Au siècle suivant, la figure de Dame Clémence est associée à Paule de Viguier, alias « la belle Paule » dont le charme et la tempérance apaisent les esprits les plus vifs. Car la cité palladienne, chantre de la « Convivencia » -en langue d’oc, cet art de la tolérance, du partage et du « vivre ensemble » si caractéristique de la poésie des troubadours et de la cour raimondine au Moyen-Âge-, est devenue l’un des foyers les plus intolérants du royaume. Elle porte en elle les stigmates d’épisodes tragiques : le massacre et l’expulsion d’huguenots en mai 1562 prélude à la fin de « l’âge d’or » de l’épopée pastelière, les exécutions du libre penseur Giulio Vanini, place du Salin, le 9 février 1619 et de celle de Jean Calas, le drapier protestant, place Saint-Georges, le 10 mars 1762.

 

Au cours du XIXe siècle, la capitale languedocienne change enfin de physionomie. Elle desserre progressivement son corset (abolition des remparts, aménagements de places et de boulevards, de bâtiments utilitaires d’envergure tels que les abattoirs, le cimetière Terre-Cabade ou encore l’observatoire de Jolimont, sous l’égide des architectes Jacques-Pascal Virebent et Urbain Vitry) et enivre les rues et marchés de son parfum de violettes. Elle assume pleinement son identité méridionale -entre la redécouverte de ses briques rouges et façades italianisantes et l’ouverture de tables et cafés réputés-. Dans les heures sombres, elle lève le poing et se bat contre l’occupant, avec François Verdier, Marcel Langer, Marie-Louis Dissard, Jules Saliège, ses figures de proue. Et vibre à l’unisson aux exploits de ses champions et de ses équipes phares, le Stade Toulousain en tête, de ses ténors, cantatrices et comédiens. Depuis Clément Ader et Pierre-Georges Latécoère, elle monte haut dans le ciel et n’a vraiment pas peur du vertige. C’est Airbus et ses différents appareils qui lui donnent des ailes pour tutoyer les nuages. Bon voyage dans le passé de la Ville rose, à bord du Papillon rouge éditeur, l’éditeur de ce livre, en compagnie de ces personnages -certains emblématiques et d’autres méconnus-, que je vous laisse (re) découvrir… 

Les 50 personnalités :

 

Clément Ader, le pionnier de l’aviation ................................................. 12 

Jean Arlaud, pionnier des Pyrénées ........................................................... 17

Renée Aspe, la peintre buissonnière ......................................................... 21 

Jane Atché, la première affichiste ............................................................... 25 

Jacqueline Auriol, la cavalière du ciel ...................................................... 30 

Dominique Baudis, le « Kennedy toulousain » .................................... 35 

Yves Bergougnan, légende de l’Ovalie toulousaine ............................ 41

Raymond Borde, le Monsieur Cinéma de Toulouse ........................ 46 

Marie-France Brive, au nom de l’histoire des femmes ...................... 51 

José Cabanis, « l’immortel » de Nollet ..................................................... 56 

Jean Calas, le martyr protestant .................................................................. 61 

Les sœurs Carita, magiciennes de la beauté ......................................... 66 

Georges de Caunes, l’aventurier pionnier du PAF ............................ 70

Marius Cazeneuve, le prestidigitateur globe-trotter ........................... 75 

Germaine Chaumel, photographe humaniste ..................................... 80

Louis Deffès, le compositeur de « La Toulousaine » ......................... 85 

Jane Dieulafoy, le destin d’une aventurière toulousaine ................. 89

Jean Dieuzaide, le porte-drapeau de la cause photographique ..... 94 

Marie-Louise Dissard, une résistante atypique ..................................... 99

Jean-Baptiste Doumeng, le « milliardaire rouge » ............................. 104 

Armand Duportal, le polémiste républicain ...................................... 109  

Dominique Dupuy, fougueux général révolutionnaire .................. 114 

Pierre de Fermat, mathématicien de génie .......................................... 119 

Charles de Fitte, le « trublion » de Saint-Cyprien ............................ 123 

Carlos Gardel, le roi du tango chanté ................................................... 127 

Pèire Godolin, le grand poète baroque occitan ................................ 132

Clémence Isaure, la dame des Jeux floraux ....................................... 136 

Jean Jaurès, l’intellectuel devenu « capitoul » ..................................... 140 

Georges Labit, le dandy globe-trotter ..................................................... 145 

Marcel Langer, mort pour la paix ............................................................ 150 

Latécoère, le pionnier de l’aéronautique ............................................. 155 

Jules Léotard, l’inventeur du trapèze volant ....................................... 160 

Jeannette Mac Donald, la dompteuse de fauves ............................... 165

Camille et Madeleine de Malaret, les vraies Petites Filles modèles .... 170 

Henri Martin, le grand peintre toulousain .......................................... 174 

René Mauriès, le « bourlingueur » du journalisme .......................... 179 

Alfred Nakache, le « nageur d’Auschwitz » .......................................... 184 

Claude Nougaro, le troubadour des Minimes ................................... 190 

Théodore Ozenne, mécène et « bienfaiteur » ..................................... 196 

Privat, la famille du livre .............................................................................. 200 

Pierre-Paul Riquet, l’homme du canal du Midi ................................ 205 

Paul Sabatier, pédagogue et chercheur visionnaire .......................... 210 

Jules Saliège, le Juste ..................................................................................... 215 

Daniel Sorano, le « Cyrano » toulousain ............................................. 220 

Eugène Trutat, précurseur de la photographique scientifique... 225 

Lucien Vanel, le premier double étoilé de Toulouse ...................... 230 

François Verdier, le chef de la Résistance toulousaine .................. 235 

René Vignal, le gardien-braqueur ............................................................ 240 

Paule de Viguier, égérie de la Renaissance .......................................... 246 

Urbain Vitry, chef de file de l’architecture fonctionnelle .............250