GOURMETS DE LETTRES Association littéraire à Toulouse (Haute-Garonne)
www.gourmetsdelettres.com

   
     
 

 
 
 

Les auteurs de l'association
"Les Gourmets de Lettres"

Les AUTEURS inscrits au Salon des Gourmets de lettres en 2018

Qui est Louis Chavant ? Je suis né le même jour que Wolfgang Amadeus, un 27 janvier. Cent quatre-vingt-huit ans plus tard, ouf ! Mais ce jour-là, Euterpe n’était pas au rendez-vous, tant pis pour la musique ! Quant à la Muse de la peinture ?...
J’aurais bien aimé être peintre ou architecte ou…Mais mes parents m’en ont dissuadé : Artiste ce n’est pas un vrai métier ! En me rendant au Petit, puis au Grand Lycée de Toulouse (Fermat), je suis souvent passé devant la porte de l’Ecole des Beaux-Arts sans jamais la franchir.... Bref, entre gagner son pain et gagner sa vie il a fallu choisir.
Le temps a passé…très vite. J’ai gagné mon pain*. J’ai décidé de gagner ma vie : depuis une vingtaine d’années j’ai repris mes pinceaux : huile, toile rugueuse, figuratif (personnages) ... expositions (sans spectateur il n’y a pas d’Art).
Puis, Chemin faisant, j’ai remplacé mes pinceaux par différents objets : je ne peins plus, je « boulonne » ! Figuratif, abstrait ? Plus exactement absurde : l’art de l’absurde ! C’est parfois très beau ? L’absurde, c’est la vie.
En 2001, j’ai rencontré Paul Lévy et Vœux d’Artistes. Cette manifestation artistique a pour but de vendre des petits tableaux au bénéfice de la recherche sur les maladies graves des enfants. Une dizaine de participations (Toulouse, Paris, Lyon) et quelques tableaux vendus (>200) ....
Après une pause sabbatique, j’ai repris mes pinceaux d’amateur et mes tubes d’huile, puis d’acrylique pour honorer la mémoire de mon ami Robert. Il était mon ainé de vingt ans et aimait dessiner. Robert m’a dit un jour : « un sourire, c’est comme un coup d’essuie-glace, ça n’arrête pas la pluie, mais ça permet d’y voir plus clair » …une éclaircie dans la grisaille quotidienne, comme ses dessins, comme la peinture.
En 2013, pour ma dernière participation à cette action caritative (Vœux d’Artistes, rebaptisée 111 des Arts), j’ai décidé d’illustrer (acrylique sur carton 20X20) différents épisodes de l’Odyssée. Ce travail a généré, en plus de la production de tableaux de différents formats, un petit livre « l’Odyssée de Louis », une conférence « Voyage d’un peintre amateur, sur les traces d’Ulysse, a la recherche du bonheur », ... Toulouse 2018 * = Enseignant-chercheur (1970/2012) Faculté de Pharmacie de Toulouse. Contact : louis.chavant@free.fr  Exposition (janvier et Février 2018) et conférence (1er février 2018) L’Odyssée et les Lumières             A l’origine, Louis Chavant a réalisé différents tableaux illustrant les aventures d’Ulysse après la guerre de Troie jusqu’à son retour à Ithaque. Ces tableaux (acrylique sur carton 20X20) étaient destinés à une exposition collective, vendus au profit d’une œuvre caritative (111 des arts 2013, enfants malades).             Ces tableaux accompagnés des commentaires de l’artistes et des réflexions ou échanges avec certains visiteurs-spectateurs de l’exposition ont fait l’objet d’un petit livre (l’Odyssée de Louis) édité à compte d’auteur d’où a été tirée une conférence (Voyage d’un peintre, sur les traces d’Ulysse, à la recherche du Bonheur).
            Pourquoi l’Odyssée ? Un pur hasard, sauf que selon les spécialistes (dont Luc Ferry entre autres) le texte d’Homère et les aventures du roi d’Ithaque « ne prennent leur relief qu’une fois mises en perspectives à partir d’une philosophie de la vie, i.e. pour la première fois dans l’histoire de l’humanité d’une nouvelle et passionnante définition de la Vie Bonne pour les mortels, d’une spiritualité laïque » (le bonheur ici et maintenant), totalement à l’opposé d’une spiritualité religieuse (le bonheur pour plus tard et ailleurs, demain on rase gratis...). Cette philosophie sera celle des « Lumières » qui au 18ème siècle (et un peu avant) en feront leur principe de base auquel ils associeront la notion du progrès grâce au développement du savoir et des grandes découvertes partagées à toute l’humanité....
            Pour cette exposition, Louis Chavant, a refait la plupart des tableaux initiaux à un format plus grand en y rajoutant certains détails qui les rendent plus lisibles et plus proches des épisodes du voyage homériques et des textes qui les accompagnent.
            A partir de ce récit intemporel et universel il nous propose de voyager, grâce à l’image et au texte, sur les traces d’Ulysse et aborde à travers cette épopée différents thèmes inspirés par le récit homérique :
- l’art et la science ou l’artiste et le chercheur.
- Le bien et le mal, le vrai et le faux.
- La joie, le désir, la liberté.
- L’amour, l’amitié, le droit.
- Le savoir, la science, le progrès.
- les religions, le bonheur.
            Tous ces thèmes, évoqués brièvement aux différentes étapes et aventures d’Ulysse sont autant de réflexions, commentaires, questions auxquelles l’auteur essaie de répondre avec l’aide de son expérience, de quelques poètes (Florian, La Fontaine, Ferré, Nougaro,) et de philosophes (Spinoza, Epicure, Kant…).  La revue de presse de l’écrivain
            Ce dossier n’est pas à proprement parler un dossier « revue de presse » mais plus exactement un dossier d’avis de quelques personnes à qui ce livre à été envoyé à titre personnel ou de personnes qui ont assisté à une conférence issue du livre lors de séances publiques organisées par certaines sociétés (AMOPA par exemple) : 1 - Notes de lecture, JP SUZZONI -  l’AUTA n°68, octobre 2015. (Voir doc joint) 2 - Bulletin n°25 AMOPA 31, J.B. HIRIART-URRUTY, p9. (Voir doc joint) 3 - Dédicace Bruno de La Salle, première page de son livre « Lettre à un jeune  
      Conteur » (Voir doc joint). 4 - Copie Mail de Madame Claudine Leduc, enseignante (Grec) Mirail spécialiste   
      du sujet (Homère, ...). (Voir doc joint) 5 - Lettre de Mr. Ch. Pacohil, chef de Cabinet de Mr. Blanquer, Ministre
      Education nationale. (Voir doc joint) 6 - Lettre de Mr. F. Péchenard, DG cabinet Nicolas Sarkozy. (Voir doc joint) Mail Madame Claudine Leduc, MCU Mirail, spécialiste enseignement Grec.
            Bonjour, J'ai lu avec beaucoup de plaisir votre mise en image du voyage d'Ulysse et j'ai senti la joie qui a été la vôtre en la fabriquant. Je me suis mis à jamais derrière l'oreille la phrase de votre ami : "un sourire, c'est comme un coup d'essuie-glace, ça n'arrête pas la pluie, mais ça permet d'y voir plus clair".  Je pense que votre travail entre beaucoup plus dans le champ des éditeurs d'art que dans celui des éditeurs d’Histoire grecque toujours infiniment pointilleux sur l'érudition.
            En vous souhaitant de trouver rapidement une forme de publication, je vous prie d'accepter mes plus cordiales pensées. Claudine Leduc. Bonjour, J'ai lu avec beaucoup de plaisir votre mise en image du voyage  d'Ulysse et j'ai senti la joie qui a été la vôtre en la fabriquant. Je  me suis mis à jamais derrière l'oreille la phrase de votre ami : "un  sourire, c'est comme un coup d'essuie-glace, ça n'arrête pas la pluie,  mais ça permet d'y voir plus clair".  Je pense  que votre travail entre  beaucoup plus  dans le champ des éditeurs d'art que dans celui des  éditeurs d'Histoire  grecque toujours infiniment pointilleux sur  l'érudition. Quelques petites remarques de lecture qui ne modifient en rien votre  mise en image !!! Chez les Lotophages, je garderais le terme grec lôtos car le terme lotus  ne lui restitue pas son ambiguïté. Chez les Cyclopes, la rodomontade d'Ulysse à Polyphème  -je suis Ulysse-  ne  le signale pas à la colère de Poséidon. Il la subit depuis qu'il a  passé le cap Malée. Elle ne fait que l'accroître. Chez Circé, le danger pour Ulysse est terrible ! La dame châtre les  pauvres naufragés qui, devenus cochons, pleurent leur virilité. Ulysse a  grand peur de monter dans son lit car il pense qu'elle va lui "nouer  l'aiguillette". Chez les Sirènes, tout est mort et mortifère. Chez Hadès, il y a une faute de frappe. Patrocle Chez Nausicaa,  Ulysse est secouru par un olivier et il cache sa nudité  avec une feuille d'olivier et non de figuier. L'olivier est l'arbre  d'Athéna et son intervention signale la présence secourable de la  déesse. Je crois que Nausicaa et son père (prêt à la doter grassement)  ont des intentions matrimoniales bien précises sur Ulysse : un mari  beau, bienfait.... Les prétendants, ce  sont des  "jeunôts" de bonne famille  coureurs de  dot (Pénélope, Ulysse mort et Télémaque assassiné, hérite de la maison  de son mari  et de son royaume) Pénélope et le lit d'olivier. Dans les croyances grecques, l'olivier  n'est pas l'arbre de la paix, mais celui de la guerre (il est  polemikos). Rien à voir avec Noé et sa colombe. En vous souhaitant de trouver rapidement une forme de publication, je  vous prie d'accepter mes plus cordiales pensées. Claudine Leduc.